Après son premier ouvrage De la religion que l’on voit à la religion que l’on ne voit pas, paru aux Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, Maryam Kolly, docteure en sociologie (ULB), membre du CES, a sorti un nouvel ouvrage intitulé DIPLOMATE AU PAYS DES JEUNES. Histoires de travail social, de quartier et d’école. Histoires de drari et de flamands, disponible aux éditions Academia.

Publié en ce mois de juin, il est introduit par ces mots : « Comment fait-on, en tant que travailleur social mandaté au sein de politiques faisant la guerre à l’insécurité, à la délinquance juvénile, pour être crédible auprès des jeunes en chair et en os qui en forment le public dit « cible » ? De quel côté est-on ? Cette ethnographie assume une problématisation de terrain fondée sur un vécu concret, les nœuds du quotidien, les émotions incorporées et ancrées, voire sur un objectif de survie : Comment s’en sortir ? ».

Elle-même intervenante sociale de 2002 à 2014, Maryam pose la problématique de comment exercer le métier d’intervenant jeunesse, considérant la force d’attraction des jeunes et du quartier, les exigences du mandat et de la déontologie professionnelles. Le parti-pris de l’enquête est celui d’une sociologie pragmatique, intéressée, dont les conditions de réussite ne sont ni l’objectivité scientifique, ni la critique, mais l’introduction d’un peu plus de « possible ».