Settings

Espaces urbains. Rési-Bru – Enquête quantitative et qualitative des stratégies résidentielles et des politiques d’attractivité dans l’espace métropolitain bruxellois

Mots-clés : Trajectoires résidentielles, Modes d’habiter, Périurbanisation, Politiques d’attractivité

Source de financement : Innoviris (PRfB-Anticipate)

Partenaire : GAG-DGES-ULB

Promotrice : Christine SCHAUT

Chercheurs : François DEMONTY et Emmanuelle LENEL

Date de début et de fin : 01/2017 à 12/2020

Depuis plusieurs décennies, la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) est confrontée à un « exode urbain » presque continu, au profit de ses périphéries. Si ce processus de périurbanisation est loin d’être un cas unique, il apparaît en revanche que son intensité est particulièrement élevée et que son impact sur la RBC est rendu sensible par la configuration institutionnelle belge, privant Bruxelles de son hinterland « naturel » et produisant entre autres un manque à gagner sur le plan fiscal.

Les ressorts de cette périurbanisation ont été abondamment étudiés. Parmi eux, le désir d’accès à la propriété du logement et la recherche d’un environnement verdoyant et aéré dans le chef des familles avec enfant(s), en particulier celles issues des classes moyennes et supérieures, ont été largement soulignés par la littérature. Des études récentes soulignent aussi la diversification des profils des acteurs de la périurbanisation, notamment en termes de revenus et d’origine nationale, en lien avec la diversification des modes de vie et les tensions croissantes sur le marché du logement dans les centres-villes.

Néanmoins, un certain nombre d’inconnues restent à lever : au-delà des variables de composition des ménages, d’âge et de revenus, les profils socio-économiques des ménages quittant la Région sont encore mal connus, en particulier ce qui permet de les différencier des ménages qui y restent ou y arrivent. Par ailleurs, les liens entre profils socio-économiques, trajectoires sociales et résidentielles, motivations et rapports à la ville sont encore peu explorés ; enfin, l’impact des politiques d’attractivité résidentielle n’a pas fait l’objet d’un examen systématique.

Dès lors, le projet tentera de répondre aux questions de recherche suivantes : Quelles sont les caractéristiques qui permettent de comprendre les trajectoires résidentielles des individus, et différencient les ménages quittant, arrivant et restant dans la Région ? Sur quelles motivations et contraintes se construisent-elles ? Celles-ci sont-elles attachées à des rapports particuliers à la ville, à des représentations et à des pratiques spécifiques ? Quels sont les leviers pour attirer et stabiliser les ménages, sur lesquels la Région a une prise et qui pourraient être davantage mobilisés ?

L’objectif principal de cette étude, interdisciplinaire, est donc d’étudier ces processus dans leur multidimensionnalité en dépassant la stricte analyse des caractéristiques socio-économiques des ménages concernés et en optant pour une perspective dynamique, sous la forme de l’étude des trajectoires sociales et résidentielles. Il s’agit aussi, dans une visée prospective, de proposer des options politiques permettant d’améliorer l’attractivité résidentielle de la RBC. L’élaboration de ces options s’appuiera sur un modèle explicatif et compréhensif des modalités de construction des différents types de trajectoires résidentielles entre la RBC et ses périphéries et sur l’étude de leur adéquation avec les modes d’habiter programmés par les politiques d’attractivité urbaine et fiscale.

Informations

La fabrique de la ville. Espaces urbains, usages, mobilités

Espaces urbains. Rési-Bru - Enquête quantitative et qualitative des stratégies résidentielles et des politiques d’attractivité dans l’espace métropolitain bruxellois

Christine Schaut, Emmanuelle Lenel, François Demonty

Are You Looking For A Driving School In Manhattan/NYC

GET A QUOTE