Settings

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Séminaire du CES : Grégory Salle : Du « loisir ostentatoire » à la « gestion différentielle des illégalismes » – Une sociologie de la navigation de plaisance élitaire

26 février • 15h30

Depuis le début des années 1990, un courant de recherche anglophone s’est structuré sous le nom de green criminology. Comme cette appellation le suggère, cette approche prend pour objet les infractions et, plus largement, les atteintes à l’environnement, en s’affranchissant volontiers de tout légalisme. À la lumière des travaux menés dans cette perspective, on présentera ici un cas d’étude qui peut paraître anecdotique, situant apparemment bien en deçà des grands débats en cours sur l’advenue de l’ « anthropocène » et la qualification pertinente de l’ « écocide », mais dont on souhaite montrer au contraire que, loin d’être périphérique, il conduit en réalité à des enjeux centraux. Ce cas est celui des dégâts écologiques provoqués par la pratique de la navigation de plaisance élitaire.
L’examiner sous cet angle suppose d’effectuer un pas de côté. La pratique de la grande plaisance, symbole du mode de vie bourgeois, renvoie d’abord et avant tout à la question des inégalités socio-économiques. L’usage et à plus forte raison la possession d’un yacht constitue l’un des signes extérieurs de richesse les plus patents qui soit. Manifestation frappante de l’envolée des très hauts revenus et patrimoines à l’échelle du globe, l’essor spectaculaire de la « superyacht industry » depuis les années 1980 n’est pas fait pour démentir cette idée. La perception sociale de l’activité de plaisance est elle-même traversée par une inégalité de classe : si la petite plaisance populaire est volontiers stigmatisée pour son caractère insipide voire pollueur, la plaisance bourgeoise bénéficie, à l’inverse, du statut de sport distingué censé marier goût esthétique et respect écologique.
Or cette prétention écologique peut être prise en défaut. Les nuisances environnementales provoquées par la navigation de plaisance de luxe sont en réalité fortement sous-estimées. Dans le cas présenté ici, dès lors qu’ils ne mouillent pas dans les zones sableuses prévues à cet effet, les vaisseaux détruisent l’herbier de posidonie, une plante endémique de la Méditerranée, véritable forêt sous-marine qui joue un rôle essentiel dans la régulation de l’équilibre écosystémique. Or, cette plante est protégée juridiquement, à l’échelle nationale mais aussi européenne, de sorte que la détruire constitue un délit. Celui-ci est connu des autorités, mais non réprimé, pour des raisons qui, comme on le verra, sont à la fois générales ou spécifiques. On passera ainsi de l’économie à l’écologie, de Thorstein Veblen à Michel Foucault, du « loisir ostentatoire » à la « gestion différentielle des illégalismes ».

Détails

Date :
26 février
Heure :
15h30
Site Web :
http://www.ces.usaintlouis.be/event/seminaire-du-ces-gregory-salle/ ‎

Lieu

USL-B, Local P61
43 Boulevard du Jardin botanique
bruxelles, 1000 Belgium
+ Google Map

Are You Looking For A Driving School In Manhattan/NYC

GET A QUOTE