Settings

La fabrique de la ville

Espaces urbains, usages, mobilités

Ce programme réunit des recherches qui ont en commun de s’intéresser à la production et l’appropriation de l’espace dans des sociétés de plus en plus polychrones et médiatisées où mobilités et ancrages semblent en tension.

L’action publique qui associe pouvoirs publics, corps techniques, usagers, associations et autres acteurs privés, est au cœur de ce programme en ce qu’elle participe à la production de l’espace urbain. C’est pourquoi nous étudions de près les référentiels qui la portent et la transforment (tels la participation, la mixité sociale, la gouvernance, la durabilité, le partage de l’espace public), ainsi que le jeu des acteurs, issus de champs différents, qui la construit, parfois en se confrontant les uns aux autres. Nous nous intéressons aussi aux effets de l’action publique, y compris dans la quotidienneté, la temporalité et la matérialité de la ville, de ses usages et de ses usagers.

La dynamique de recherche de ce programme est nourrie entre autres par les activités menées dans des groupes de travail et de réflexion plus circonstanciés.

Le groupe « Quartier durable », à la fois pluridisciplinaire et pluri-actoriel, réunit des chercheurs universitaires issus de différentes universités francophones et des travailleurs du monde associatif bruxellois. Son objectif est de favoriser l’échange d’expertises et de créer un espace de réflexion pour observer la fabrique d’un quartier durable et ses effets, tant sur l’action publique, la participation, que sur le projet de ville et les formes urbaines qui s’y déploient.

Le groupe « Mobilités et action publique » organise des échanges entre chercheurs travaillant sur la question, dans plusieurs universités, ainsi qu’un séminaire sur le référentiel de partage de l’espace public. Cette dynamique est grandement nourrie par les thèses en cours, sur les parcours urbains de soins, la politisation des enjeux de mobilité, l’accessibilité des quartiers bruxellois en transports en commun, les nouvelles formes d’habitat groupé ou l’émergence d’une sociologie des mobilités, mais aussi par des projets en cours, notamment en collaboration avec l’Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale et d’autres acteurs de la mobilité quotidienne.